Du volcan au centre commercial, petite histoire de la place de Jaude

Alors aujourd’hui, pour inaugurer ce blog, on va parler de l’Auvergne ! Pourquoi? Parce que j’ai envie, et qu’ici c’est moi le chef, na.

Bref, si je vous dis Auvergne, vous pensez certainement à « volcans ». Ca tombe bien on va en parler. Mais pas seulement. Alors si vous pouviez aussi penser à Clermont-Ferrand, ça m’arrangerait bien. C’est bon ? Parfait ! C’est parti !

Clermont-Ferrand, pour les deux dans le fond qui suivent pas, c’est la plus grande ville auvergnate, berceau de Michelin, fière de son équipe de rugby, chef lieu de l’Auvergne. Mais tout ça, pour le moment on s’en fout. Clermont, c’est aussi un lieu plein d’histoire et de sites magnifiques. Parmi eux, est un endroit célèbre, connu de tous, la place de Jaude. C’est d’elle qu’on va parler aujourd’hui.

La place de Jaude actuelle

La place de Jaude actuelle

  • Le Maar de Jaude, un volcan au milieu de Clermont

Nous voila revenu 160 000 ans en arrière. Ca commence à faire. Le rugby n’est pas encore inventé, ni grand chose d’autre d’ailleurs. Les volcans de la chaine des Puys ne sont pas encore en activité, sauf un, le Maar de Jaude. Un Maar en fait, c’est pas tout à fait un volcan, c’est juste un cratère, positionné au dessus d’une source d’eau. Cette source est chauffée par le magma, et cela crée une pression, et au bout d’un moment, ça fait boum (Vous m’excuserez du manque de précisions, je suis pas géologue). En gros, un beau matin, on se retrouve avec un gros trou au milieu de la plaine. Gros trou entouré de détritus en tout genre projeté par l’explosion, formant des collines assez imposantes. Autant dire que pour créer une ville ici, c’est mal barré.

Le Gour de Tazenat, exemple d’un Maar

Puis intervient une rivière, nommé la Tiretaine. Et celle-la, en plus d’avoir un nom rigolo (si, un peu quand même!), va permettre la création de Clermont. Mais on y est pas encore. A ce moment, tout ce qu’on a, c’est un cratère d’1,5 km, que la Tiretaine rempli progressivement. En le remplissant, la Tiretaine va tout éroder sur son passage, sauf une petit butte rocheuse. Le cratère lui, va se remplir des cendres des explosions des volcans d’a coté, ainsi que d’une coulée de lave issue du Puy Pariou, qui va se durcir. L’eau va le transformer en marécage lorsque les volcans tirerons leur révérence les uns après les autres, laissant la place à l’Homme. Homme qui va voir une jolie petite butte rocheuse au milieu de la plaine, et va décider de s’y installer.

  • Le Temple de Vasso Galate : Clermont à l’époque gallo-romaine

Nous sommes désormais dans l’Antiquité, certainement vers le Ier siècle, a Nemossos. Ouais, Nemossos. Ca sonne pas très gaulois, et pourtant si. C’est la premier nom de Clermont Ferrand, et il sert a désigner un bois sacré. Pourquoi ? C’est pas le sujet. Enfin, pas tout à fait. Nous, on va se concentrer sur la place de Jaude, et c’est pas facile. Déja parce qu’a son emplacement actuel se trouve un marécage que l’on arrive toujours pas a assécher. Au milieu d’une ville, ca la fout mal. Mais c’est pas grave, parce qu’il se passe pas grand chose à cette époque la.

Les vestiges du Forum de Clermont-Ferrand

Les vestiges du Forum de Clermont-Ferrand

On va avancer un peu, pour se retrouver au IIe siècle, a Augustonemetum. Et la, niveau nom, ca craint un max. Mais c’est pas grave, parce que Augutonemetum est une des plus grande villes gauloises, avec 15000 a 30000 habitants. Et du coup, c’est une ville riche ! Au centre de cette grande ville, se développe un forum. Ce forum se trouve d’ailleurs la ou se trouverait la Place de Jaude aujourd’hui. Pas exactement, puisqu’il reste encore des marécages vers Jaude, mais les travaux du forum en ont asséché une bonne partie. Le Forum est pavé de mosaïque, entouré de villa très luxueuse, et c’est bien sur un centre commercial important. La ville est en pleine expansion, c’est trop la teuf. Et ça jusqu’à la fin du IIIe siècle.

Mais venons en à ce qui nous intéresse vraiment, le Temple de Vasso GaMarslate, situé a quelques pas de l’actuelle place de Jaude. Ouais, c’est pas top comme nom. Ce temple, on en sait pas grand chose. Cependant, on sait qu’il fut très important. A tel point que certains pense qu’il fut a l’origine de l’expansion d’Augustonemetum. Alors qu’est ce qu’on en sait ? Déja qu’il en reste pas grand chose, sauf un mur, aujourd’hui nommé « Mur des Sarrasins« . Ensuite, que c’est surement lui qui à donné le nom de Jaude. La, les hypothèses sont nombreuses. Ma préférée est la suivante : Ce temple aurait été dédié a Mars, dieu de la Guerre, représenté par un coq, « jô » en patois auvergnat. L’usage aurait donné Jaude. C’est pas compliqué la vie parfois. En tout cas, ce temple à permis à la fois l’expansion de la ville, mais aussi la création d’une place qui subsiste encore aujourd’hui (mais certainement pas dans le même état)

Le batiment est imposant, il est classe, il est solide, et il attire des fidèles. Faut reconnaitre qu’il est plus facile d’accès que celui en haut du Puy de Dôme. Tout semble aller pour le mieux à Clermont.

Sauf que voila, les barbares arrivent. Et autant dire que pour Clermont, pardon, pour Arvernis, ca va pas être la joie. Oui, parce que avec le déclin de l’empire romain, Augustonemetum (En hommage à l’empereur romain Auguste) est devenu Arvernis, la capitale des Arvernes.

  • Du château des Salles au renouveau de Jaude : 14 siècles en quelques lignes

Au IVe siècle, Arvernis est mal en point. Il ne reste plus que 700 habitants. La place de Jaude est en désuétude, et le temple de Vasso Galate, autrefois fierté de la ville n’est plus qu’un tas de ruines fumantes. Enfin, fumantes, pas tellement, parce que les marécages se sont tranquillement réinstallés. Il va pas se passer grand chose pendant quelques siècles, à un détail près.

Une riche famille bourgeoise va réinvestir les ruines du temple, pour y construire un château, le château des Salles de Jaude. Mais quand à la date de construction, on a pas vraiment de précisions. Étant donné que son existence est relevé dans un document du XIIe siècle, il en est forcément postérieur. Il datait peut-être du VIIe ou IXe siècle. De grands travaux le retransformeront au XIVe siècle Entre temps, Clermont est devenue Clermont, en 848. C’est pas trop tôt.

Bref, la place de Jaude ne devient pas grand chose. Des maisons s’y réinstallent progressivement, puis une petite chapelle. Tout autour, des tanneries s’installent. Je vous laisse imaginer l’odeur.

Le Chateau des Salles et le Mur des Sarrasins (Litographie du XVIIIe)

Le Château des Salles et le Mur des Sarrasins (Lithographie du XVIIIe)

Eglise des minimes

Et puis, en 1630, l’église Saint Pierre des Minimes y est construite. Jaude redevient un centre réellement important, on décide d’y installer une fontaine et un bassin. Les remparts de Clermont disparaissent, réintégrant Jaude à la ville. Désormais, ce sera un carrefour important pour les diligences venant de Paris.

Mais c’est en 1750 que la place de Jaude devient réellement un point incontournable : elle est transformée en foirail, c’est a dire en champ de foire permanent : On y vend désormais des chevaux et du bois de chauffage.

  •  Du XIXe à nos jours, l’urbanisation de Jaude

La transformation en foirail en fait un lieu de promenade, mais aussi de commerce important. C’est un point incontournable de Clermont-Ferrand. Une halle aux toiles y est construite, transformée en théâtre. Des statues s’y construisent, dont la célèbre de Vercingétorix en 1903. Le premier tramway de Clermont y passera. Les premiers grands magasins s’y construisent : Les galeries de Jaude voient le jour en 1907. La place de Jaude actuelle est presque née.

La place de Jaude en 1903

La place de Jaude en 1903

Le dernier évènement réellement important survient en 1939, lorsque le chateau des Salles est détruit. On redécouvre alors les vestiges Gallo-romains, notamment un mur, le Mur des Sarrasins, qui est toujours visible aujourd’hui, signe de la présence romaine au centre de Clermont. Du Maar, il n’en reste rien. Enfin presque. D’après des géologues, Clermont-Ferrand serait construit sur près de 70m de cendres, héritage d’une explosion datant de 156 000 ans. C’est pas tout à fait rien quand même.

Le mur des Sarrasins, vestiges du temple de Vasso Galate

Le mur des Sarrasins, vestiges du temple de Vasso Galate

Sources :

 

 

Publicités

Donnes ton avis sur cette histoire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s