France, 1870 : L’Occident découvre « L’Ours du Père David »

C’est le printemps et il fait moche. Alors je me suis dit que c’était le moment de parler de zoologie, et même un peu de cryptozoologie. Mais un tout petit peu, parce que en fait, je veux surtout vous raconter une histoire, celle du prêtre qui ramena le Panda Géant en Occident. Je sais pas si elle vous paraitra intéressante, mais de toute façon, on va parler de pandas, alors ça c’est cool. (Non?)

Avant de commencer, je veux juste définir la cryptozoologie, pour ceux qui ne connaissent pas. Ça vient du grec, Kryptos, qui veut dire caché, Zoon, animal, et Logos, l’étude. En gros, Cryptozoologie correspond à l’étude des animaux cachés. Le terme a été inventé au XXe siècle, par Ivan Sanderson, considéré comme le premier cryptozoologue. Il a consacré sa vie à l’étude des primates inconnues (Des yétis en gros). Les cryptozoologues étudient donc tout les animaux légendaires ou inconnus. Je sais pas pourquoi, mais je pense que ça doit être plutôt cool comme job. Pourquoi je vous parle de ça? Parce que le Panda fut longtemps considéré comme une légende en Europe, au même titre que la licorne par exemple. En même temps, un ours blanc et noir qui bouffe du fer (du fer, oui) …

PANDA !

PANDA !

Nous sommes en Chine, le 11 Mars 1869. Le Père Armand David est en Asie depuis le 26 mai 1868 (Les dates sont pas super importantes, mais pour une fois qu’on trouve des données aussi précises !).

Le père David, c’est un missionnaire bayonnais né en 1826. Mais il n’est pas seulement prêtre, il est aussi zoologiste et botaniste. Après avoir étudié les sciences pendant 10 ans dans un couvent lazariste, il est chargé d’une mission en Chine en 1862. A cette époque, la Chine est encore presque médiévale et ses régions reculées sont inconnues des européens. Sa faune est très peu étudiée, notamment dans les montagnes, lieux difficiles d’accès. Pour un scientifique, c’est l’endroit rêvé. Armand David au cours de ses voyages « découvrira » plus de 60 espèces. En vérité, il ne les a pas vraiment découvertes, il les a simplement ramenée en Europe : les populations locales connaissaient parfaitement ces animaux. Bref, retournons à ce 11 mars 1869.

Père David, ce jour là, se trouve dans le Moupin, dans le Tibet Oriental. Au retour d’une expédition, il traverse un petit village, dans lequel il aperçoit la peau d’un « ours blanc et noir ». Cet animal lui est complètement inconnu. La seule fois ou il a entendu parler d’un être semblable ce sont dans quelques légendes. Aucun des textes antiques chinois traitant du panda n’est jamais parvenu en Europe à ce moment. Le panda est à ce moment, un être légendaire, une sorte de Yéti ou de calamar géant. Lorsque l’un des villageois lui propose de lui ramener une de ces bestioles, il est fou de joie. Deux semaines plus tard, c’est chose faite. Il lui ramène le cadavre (il l’ont tué ces salauds !) d’un jeune ours « tout blanc, à l’exception des quatre membres, des oreilles et du tour des yeux, qui sont d’un noir profond ». C’est un Panda. Père David est persuadé d’avoir découvert une nouvelle espèce. Il l’appelle Ursus melanoleucus, c’est à dire Ours Blanc et Noir.

Le problème c’est que le père David n’a rien découvert du tout. Le panda est connu en Chine depuis le XIIe siècle avant JC. Il est connu comme « un animal noir et banc qui ressemble à un ours, se nourrit de cuivre et de fer et vit dans les montagnes de Qionglai, dans le district de Yandao » (Si quelqu’un est calé en géographie chinoise, qu’il se fasse connaitre, parce que ça me dit rien du tout). C’est peut-être grace le fait qu’il se « nourrisse » de fer qui fait que le panda a acquis son caractère légendaire : les pandas venaient dans les villages mordiller les couverts en cuivre (Sans doute parce que le panda n’est pas un animal super intelligent). L’idée d’un animal rare mangeant du fer est peut-être la seule partie de l’histoire à être venue en Europe. Qui prendrait ça au sérieux?

Mais Armand David s’en fout un peu. Lui, il est content d’avoir trouvé un nouvel animal. Il s’empresse de l’envoyer au Musée d’Histoire Naturelle de Paris qui le reçoit en 1870. Un professeur décrétera qu’il ne s’agit pas d’un ours, mais d’un « raton laveur aberrant ». Il n’en fallait pas plus pour que d’autres professeurs le contredisent et commença une controverse qui dura un siècle. Ne jamais sous-estimer la capacité d’engueulade de la communauté scientifique. Au final, ils diront que c’est un ours. En 1980. Sacrée engueulade quand même.

Le premier panda vu en Europe, conservé au Musée d'Histoire Naturelle à Paris

Le premier panda vu en Europe, conservé au Musée d’Histoire Naturelle à Paris

Mais on s’en fout, l’Europe entière verra ce spécimen de Panda, et l’Occident connaitra enfin cet espèce (qui franchement, vaut le coup) et que l’on prenait pour un mythe. On nommera longtemps cet animal « Ours du Père David », puis panda géant en découvrant sa relation avec le panda roux vers 1910. Et puis, on entreprit de bousiller son habitat naturel, et de réduire son nombre à un petit millier. Il semblerait qu’il soit fini, le temps des belles histoires.

  • Sources :

L’histoire est connue par le biais des carnets de voyage du père Armand David

Publicités

Donnes ton avis sur cette histoire !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s