Quand les femmes ne portaient pas la robe : brève histoire de l’avocature au féminin.

Il est grand temps pour moi d’assumer mon statut d’étudiant en Droit, et de parler un peu de Justice en ces lieux. Quand vous entrez en fac de Droit, vous pouvez être certains qu’au moins la moitié de la foule présente les premiers jours dans l’amphithéâtre, ambitionne d’être avocat. J’avoue faire partie de l’autre moitié, mais qu’importe, le métier d’avocat fascine. Et puis il ne faut pas nier l’évidence : on a tous un peu rêvé de tenir un jour le rôle de l’avocat. Tenir un jury en haleine, sauver un innocent du bras armé de la justice avec une pincée de poudre à doryphores (Tribute to René Floriot), être le défenseur de la veuve et de l’orphelin contre l’injustice de la vie et mener un train de vie de baron. Bien évidemment, je me suis rendu compte que cette image est outrancièrement idéalisée, mais le métier d’avocat n’en est pas moins magnifique à mes yeux. Alors on va parler des avocats. Précisément des avocates. Savez vous depuis combien de temps l’avocat existe t-il ? Plus de 2700 ans (En réalité, c’est moins, comme nous le verrons, mais peu importe.). Savez vous depuis quand les femmes exercent t’elle cette profession ? 1869.

(Pour désigner une femme inscrite au barreau, il parait que le terme avocate s’il est accepté, ne plait pas forcément. Mais le présent article nécessite de distinguer avocat et avocate, alors je l’utiliserais. Si vous avez des réclamations, faites les au 08 92 05 25 12. Bonne lecture.)

hgfds

Jeanne Chauvin prêtant serment (1900, illustration du journal l’Illustration)

Lire la suite

Faites de l’Histoire avec Pratchett : l’expédition Terra Nova (1911-12)

Connaissez vous Terry Pratchett ? J’avoue que si vous me répondez négativement, j’en serais très triste pour vous, mais je vous dirais que c’est l’occasion de le découvrir. Si par contre vous le connaissez, j’espère alors vous apprendre quelque chose aujourd’hui.

Sir Terence David John Pratchett, dit Terry Pratchett est un écrivain anglais, né en 1948, et célèbre pour son œuvre majeure : Le Disque-monde. Mais Pratchett ne s’est pas contenté d’écrire ses « Annales du Disque-Monde« , puisqu’il est aussi l’auteur de livres pour enfants (Enfin, pour enfants, pas forcément. « Le fabuleux Maurice et ses rongeurs savants » est loin d’être aussi naïf que son titre laisse présager), et de romans tels que « De bons présages » ou « Nation« , bien éloignés des terres du Disque-Monde.

Terry Pratchett, soyons francs, est mon auteur favori. C’est une des personnes que j’admire le plus, et j’envisage d’élever un autel à sa gloire. Enfin peut être pas, mais presque. Alors, forcément, son œuvre, je la connais assez bien. Les « Annales du Disque-Monde », pour ne parler que d’eux, se déroulent dans un monde plat, qui se balade dans le multivers sur le dos de 4 éléphants (Berilia, Tubul, Great T’Phon, et Jerakeen. Oui, ils ont des noms.), eux-mêmes disposés sur le dos d’une tortue géante nommée A’Tuin. Ca vous parait loufoque ?

Ca l’est peut-être, mais c’est une référence à la mythologie Hindou. Selon la mythologie Hindou, la tortue Chukwa ou Akupara porte sur son dos 4 éléphants qui portent, eux, les trois mondes :

  • Le monde inférieur, l’enfer. La notion d’enfer est très différente dans l’hindouisme, et il correspond plus à une forme de lieu de pénitence où les âmes subissent divers supplices en attendant d’être réincarnées dans un corps nouveau. Dans le Kâlasûtra par exemple, les menteurs sont attachés à des troncs d’arbres et y sont sciés.
  • Le monde médian, celui où nous vivons
  • Le monde supérieur, d’où règnent les dieux.
La tortue Chukwa et les 3 mondes sur son dos (Source : http://www.cheloniophilie.com)

La tortue Chukwa et les 3 mondes sur son dos (Source : http://www.cheloniophilie.com)

Toute cette faune est entourée par un serpent se mordant la queue, représentant la course sans fin du Soleil. Ce symbole renvoie à l’Ouroboros, présent dans une multitude de mythologie. Ce serpent n’est pas présent dans le Disque Monde, mais l’idée est là. Derrière le caractère loufoque de ce monde se cache une référence à une mythologie pas franchement célèbre en Occident. Et ceci, messieurs-dames pourrait résumer tout les écrits de Pratchett. Derrière un humour décapant qui ne manque pas de vous faire passer pour un idiot quand vous riez seul au milieu d’une bibliothèque, se cache une réflexion réellement profonde, et une multitude de référence subtiles. Les personnages de la Mort, d’Havelock Vetinari, Mémé Ciredutemps* ou de Sam Vimes devraient suffire à vous en convaincre.

Le groupe qui atteindra le Pôle Sud, le 17 Janvier 1912 (Source : Wikipedia)

Le groupe qui atteindra le Pôle Sud, le 17 Janvier 1912 (Source : Wikipedia)

Lire la suite