Les Lupercales, la Saint Valentin antique

Aujourd’hui, c’est la Saint Valentin ! Journée romantique si il en est qui, à la différence de Noël par exemple, s’annonce bien plus subtilement. Pas de guirlande dans les rues, pas de sapins géants, ha ça non ! Seulement des affiches de lingerie, des petits cœurs roses un peu partout dans les vitrines, et un changement notable dans les programmes des cinémas. Cette année, la comédie romantique à l’affiche n’est ni une comédie, ni romantique d’ailleurs, mais au moins elle fait du bruit. Je cite quand même le nom, des fois que vous ayez vécus dans une grotte durant les 3 dernières semaines : 50 nuances de Grey.

Bon. J’ai un avis à son sujet, mais en fait on s’en fout, et puis je risquerais d’être grossier, alors venons en aux faits. Paradoxalement, ce film qui traite de… ben de sadomasochisme en fait, permet un retour aux origines de la Saint Valentin, quand on se baladait à poil et que l’on fouettait les jeunes filles avec des lanières de cuir. Ouais, carrément. Ca s’appelait les Lupercales, et c’est le sujet du jour en fait. Alors suivez moi, on va se balader à Rome, il y a un bon paquet de siècles.

Les Lupercales selon Andrea Camassei

Les Lupercales selon Andrea Camassei

Lire la suite

Faites de l’Histoire avec Pratchett : l’expédition Terra Nova (1911-12)

Connaissez vous Terry Pratchett ? J’avoue que si vous me répondez négativement, j’en serais très triste pour vous, mais je vous dirais que c’est l’occasion de le découvrir. Si par contre vous le connaissez, j’espère alors vous apprendre quelque chose aujourd’hui.

Sir Terence David John Pratchett, dit Terry Pratchett est un écrivain anglais, né en 1948, et célèbre pour son œuvre majeure : Le Disque-monde. Mais Pratchett ne s’est pas contenté d’écrire ses « Annales du Disque-Monde« , puisqu’il est aussi l’auteur de livres pour enfants (Enfin, pour enfants, pas forcément. « Le fabuleux Maurice et ses rongeurs savants » est loin d’être aussi naïf que son titre laisse présager), et de romans tels que « De bons présages » ou « Nation« , bien éloignés des terres du Disque-Monde.

Terry Pratchett, soyons francs, est mon auteur favori. C’est une des personnes que j’admire le plus, et j’envisage d’élever un autel à sa gloire. Enfin peut être pas, mais presque. Alors, forcément, son œuvre, je la connais assez bien. Les « Annales du Disque-Monde », pour ne parler que d’eux, se déroulent dans un monde plat, qui se balade dans le multivers sur le dos de 4 éléphants (Berilia, Tubul, Great T’Phon, et Jerakeen. Oui, ils ont des noms.), eux-mêmes disposés sur le dos d’une tortue géante nommée A’Tuin. Ca vous parait loufoque ?

Ca l’est peut-être, mais c’est une référence à la mythologie Hindou. Selon la mythologie Hindou, la tortue Chukwa ou Akupara porte sur son dos 4 éléphants qui portent, eux, les trois mondes :

  • Le monde inférieur, l’enfer. La notion d’enfer est très différente dans l’hindouisme, et il correspond plus à une forme de lieu de pénitence où les âmes subissent divers supplices en attendant d’être réincarnées dans un corps nouveau. Dans le Kâlasûtra par exemple, les menteurs sont attachés à des troncs d’arbres et y sont sciés.
  • Le monde médian, celui où nous vivons
  • Le monde supérieur, d’où règnent les dieux.
La tortue Chukwa et les 3 mondes sur son dos (Source : http://www.cheloniophilie.com)

La tortue Chukwa et les 3 mondes sur son dos (Source : http://www.cheloniophilie.com)

Toute cette faune est entourée par un serpent se mordant la queue, représentant la course sans fin du Soleil. Ce symbole renvoie à l’Ouroboros, présent dans une multitude de mythologie. Ce serpent n’est pas présent dans le Disque Monde, mais l’idée est là. Derrière le caractère loufoque de ce monde se cache une référence à une mythologie pas franchement célèbre en Occident. Et ceci, messieurs-dames pourrait résumer tout les écrits de Pratchett. Derrière un humour décapant qui ne manque pas de vous faire passer pour un idiot quand vous riez seul au milieu d’une bibliothèque, se cache une réflexion réellement profonde, et une multitude de référence subtiles. Les personnages de la Mort, d’Havelock Vetinari, Mémé Ciredutemps* ou de Sam Vimes devraient suffire à vous en convaincre.

Le groupe qui atteindra le Pôle Sud, le 17 Janvier 1912 (Source : Wikipedia)

Le groupe qui atteindra le Pôle Sud, le 17 Janvier 1912 (Source : Wikipedia)

Lire la suite

Pythagore, cet escroc

Dites donc, ca faisait un bout de temps que j’avais pas écrit par ici ! C’est normal en fait, j’ai plus vraiment le temps. La Fac, tout ça. Du coup, je raconte deux ou trois trucs de temps à autre sur Twitter, si ça vous intéresse (https://twitter.com/LH_Didymus). Mais aujourd’hui, j’ai un peu de temps, alors je vais en profiter.

Pour fêter ça, parlons de Pythagore. Ouais, Pythagore, celui qui vous a traumatisé au collège avec son théorème. Alors, Pythagore, c’est un personnage. Son histoire est floue, mais son influence sur notre société est indéniable. Il n’a pas seulement théoriser un machin pour trouver la longueur de l’hypoténuse, mais s’est aussi illustré dans de très nombreux domaines, comme la théologie, la philosophie, la cryptographie, la thaumaturgie… et même la politique, en quelque sorte, puisque les Pythagoriciens s’investiront en politique, au point de prendre le pouvoir à Crotone vers le Ve siècle. Expérience malheureuse qui se terminera par l’incendie de l’école pythagoricienne de Crotone et le massacre des philosophes. Mais je ne veux pas vous parlez de ça aujourd’hui, puisqu’on va plutôt parler de quelque chose que vous connaissez tous : le théorème de Pythagore. Sachez qu’il ne fut pas le premier à le théoriser. Du tout.

Lire la suite

Aout 1966 : Les masques de plomb de Vintem

Ce billet sera un des derniers posté sur le blog avant quelques semaines. Je vais en effet devoir retrouver le chemin des Amphi, et le temps va certainement me manquer pour écrire des choses par ici. Mais je n’exclu pas de venir raconter quelques choses pour me changer les idées. (Oui je sais, j’ai rien écris non plus depuis deux semaines, mais ça c’était parce que… Lire la suite 

Après une tentative foireuse de faire des éphémérides, il est l’heure de reprendre son sérieux et de parler de sujets essentiels, à savoir les faits divers mystérieux. Sur fond d’ufologie ou de paranormal, si possible (On va finir par croire que je suis obsédé par les aliens). Alors entrons directement dans le vif du sujet, avec l’histoire des Masques de Plomb.

La scène du drame

La scène du drame

Lire la suite