19 Aout 1662 : Blaise Pascal s’en va

Il s’agit sans doute de l’Auvergnat le plus célèbre de l’Histoire. Mathématicien, physicien, inventeur de l’ancêtre de la calculatrice, philosophe, et théologien, c’est un des français qui révolutionna le plus les sciences. Une unité de mesure porte son nom, à l’égal de Newton, le pascal. Si avec ça (et le titre un peu évocateur) vous n’avez toujours pas deviné que je parlais de Blaise Pascal, et bien… C’est dommage. Et permettez moi de vous dire que vous êtes un peu idiot. Mais assez parlé de vous, parlons de Pascal.

Statue de Blaise Pascal à Clermont-Ferrand (63)

Statue de Blaise Pascal à Clermont-Ferrand (63)

Né à Clermont-Ferrand le 19 juin 1623, Blaise Pascal est un enfant précoce. A 11 ans, il publie un « Traité des sons », tout en travaillant sur la géométrie euclidienne. Il aurait réussi à démontrer une des propositions d’Euclide, alors qu’il avait 12 ans. Son père préférait cependant qu’il apprenne le latin et le grec, et préféra lui interdire de pratiquer la géométrie (Rare sont les enfants qui seraient effrayés par cette punition). Ca ne stoppera pas son génie. A 18 ans, il invente la Pascaline, l’ancêtre de la calculatrice, qui fut un bijou d’ingénierie et… un échec commercial. Le prix étant trop élevé, moins de 40 exemplaires furent vendus…

Il ne se décourage pas pour autant de ses recherches, et même si il s’oriente vers la théologie vers 23 ans, ça ne l’empêchera pas de démontrer l’existence du vide lors de la célèbre expérience qui eut lieu au sommet du Puy de Dôme. Cette « expérience des liqueurs« , qui consistait à rejoindre le sommet du Puy de Dôme en partant de Clermont, démontra que le niveau de mercure était plus bas à 1465m qu’à 450, prouvant ainsi l’existence de la pression atmosphérique, confirmant ses travaux entreprit en 1646, ainsi que ceux de Toricelli. A coté de ça, il continue à rédiger quelques essais philosophiques, notamment « Discours sur les passions de l’amour », un ouvrage paradoxal pour quelqu’un qui resta seul toute sa vie… On raconte qu’il se tourna vers la philosophie après une expérience mystique survenue en 1654 : après avoir frôlé la mort, Pascal fut alité et durant la nuit du 23 novembre 1654, il vécut une expérience qui le marqua tant qu’il s’empressa de la coucher sur papier avant de cacher ce papier dans la doublure de son veston. On ne découvrit ce papier qu’après sa mort, ce texte étant aujourd’hui connu sous le nom de « Mémorial ».

Malheureusement, le génie tombe malade en 1659, alors qu’il jetait les bases d’une nouvelle discipline mathématique : les probabilités. Conscient que sa fin approchait, Pascal rédigea ses « Pensées », qui parurent 7 ans après sa mort, et qui constituent son œuvre philosophique majeur. Sa maladie durera 3 ans. Il mourra dans la nuit du 18 et 19 aout 1662, à l’âge de seulement 39 ans. La nature de sa maladie reste mystérieuse. On avance l’hypothèse d’une maladie génétique, qui mit fin au parcours d’un homme qui réussissait presque tout. Un homme de génie qui aura brillé pour éclairer son siècle, et plus encore…

Publicités

Les cadenas d’amour : un rituel moderne

Il parait qu’en ce moment c’est pas la joie à Paris à cause du Pont des Arts qui croule sous les cadenas d’amour ? Pas de bol. Personnellement, je ne crois pas avoir, de ma vie, traversé une seule fois ce pont. Ou alors ça ne m’a pas marqué. Mais comme j’aime bien essayer d’être en rapport avec l’actualité, je vais en parler. Et puis c’est l’occasion de se pencher sur l’histoire des cadenas d’amours, cette pratique consistant à accrocher un cadenas à un endroit symbolique, afin que ce petit bout de métal devienne le témoin de leur amour. La grande question est : Qui a eu l’idée en premier ?

Le pont des Arts et ses innombrables cadenas (Photo : b.monginoux)

Le pont des Arts et ses innombrables cadenas (Photo : b.monginoux)

Lire la suite

Comment le 14 Juillet est il devenu fête national ?

Demain, nous serons le 14 Juillet. En ce jour de fête nationale, des militaires défileront sur les Champs-Elysées, des feux d’artifices seront tirés, et des discours seront prononcés. Sur la fierté nationale, sur la liberté, sur la Première Guerre Mondiale aussi, dont on commémore le centenaire. De chaque coté de l’échiquier politique, on aura quelque chose à dire à propos du 14 Juillet. On parlera de cette Bastille qui tomba il y à 225 ans de cela, vides d’hommes mais pas de sens. On parlera de souveraineté nationale, de Révolution Française. On oubliera la Terreur et son cortège de guillotinés, on oubliera une autre révolution, moins glorieuse et plus sanglante, qui se finit contre un mur du Père-Lachaise. On criera notre amour pour la liberté, l’égalité et la fraternité, et puis on ira briser ces idéaux dans les urnes en votant Front National.

Je me rends compte que je commence ce billet de façon super pessimiste, et qu’en plus je me suis carrément éloigné de mon idée de départ qui était : Non, le 14 Juillet ne commémore pas la prise de la Bastille. Enfin, pas seulement la prise de la Bastille. Aujourd’hui, nous allons donc parler de comment le 14 juillet est devenu notre fête nationale.

 Feu d'artifice 14 juillet

Lire la suite

Ces morts à la con : Rois de France et linteaux de portes

On ne meurt qu’une fois, disait Molière, et c’est pour si longtemps… Ce serait dommage de rater son départ et de devenir, a posteriori, la risée du monde. Si vous vous appelez David Grundman, ça passe (je n’ai pas dit ce nom au hasard, vous irez chercher ), mais si vous êtes un personnage important, ça craint un max. Les biographes s’en donnent à cœur joie, pendant que l’entourage essaie désespérément d’inventer un prétexte bidon pour ne pas rougir de honte pour les 100 ans à venir. Parfois, il vaut mieux se faire assassiner. L’autre fois, je parlais du roi Suédois mort de sa boulimie. Aujourd’hui, on va parler de deux autres rois, morts à plusieurs siècles d’intervalles, terrassés par le même ennemi, le linteau de porte.

Un linteau de porte, pour ceux qui n’ont jamais vu de portes (auquel cas, je me demande bien où vous habitez), c’est la partie située au dessus d’une porte et qui sert à éviter que les murs s’effondrent. Souvent faite en bois, elle peut aussi être faite en pierre, et ornée de motifs sculpturales. Généralement, ces motifs se résumaient au blason ou aux devises des propriétaires de la maison, mais pouvaient aussi être de véritables œuvres d’art comme les linteaux des églises.

Vous devez vous dire : « Oui, c’est bien gentil ton truc coco, mais comment tu peux tuer des gens avec ça » ? Bah, y’a deux écoles. La première école dite « Louis III », et la deuxième dite « Charles VIII ». Oui, les deux sont des rois de France. Pour la fierté nationale, on repassera.

Charles VIII et Louis III, victimes d'une même malédiction

Charles VIII et Louis III, victimes d’une même malédiction : les portes

Lire la suite

1573 : Gilles Garnier, le loup-garou de Franche-Comté

Une nouvelle semaine commence, et tout le monde n’a pas la chance d’être en vacances (alors que moi, si). Pour bien démarrer la semaine, je pense qu’il est l’heure d’aller faire un tour du coté des histoires étranges. Étrange n’est peut-être pas le bon mot. Whatthefuckesque serait plus juste, mais ca n’existe pas. Aujourd’hui, on va parler de loup-garou. Pas les nouveaux loup-garous tout nazes que nous offre certains auteurs de fantasy urbaine, mais les vrais, ceux qui tuent les gens, et puis qui les bouffent après.

Pour parler des loup-garous, il faut faire attention à ne pas tomber dans le délire paranormal. Il faut aussi se rappeler que les gens ne se transforment pas en loup spontanément. Du moins, logiquement. Mais, il y a quelques siècles, on croyait à ces hommes se transformant en bête pour attaquer et dévorer les humains. Il y a tout plein de facteurs qui favorisent ces croyances, comme l’image terrifiante qu’avait le loup dans la culture occidentale, mais aussi l’existence de maladies ou de troubles psychiatriques faisant ressembler certaines personnes à des bêtes. Je pense à la porphyrie, la rage, ou l’hypertrichose, diverses maladies pouvant modifier l’apparence de certaines personnes. Au niveau des maladies mentales, il y a bien sur la lycanthropie clinique, où le patient se croit transformé en loup. Et puis surtout, la psychopathie. La psychopathie est la véritable malédiction qui transforme l’homme en bête. Il est parfois plus aisé de croire qu’un homme a tué de façon inhumaine parce qu’il était maudit, que de se dire qu’il a agi consciemment en commettant les pires atrocités. Mais on est pas là pour parler de ça, puisque cela prendrait des heures, et qu’à la base je voulais vous raconter l’histoire de Gilles Garnier, un loup-garou français. Le cas de Gilles Garnier est un des seuls cas de lycanthropie répertoriés dans les annales de la justice française. Je veux dire par là que c’est l’une des seules fois que la justice française a condamnée officiellement quelqu’un pour lycanthropie, et l’a écrit noir sur blanc dans son jugement.

Gilles Garnier devient grognon a l'heure du repas...

Gilles Garnier devient grognon a l’heure du repas…

Lire la suite